USEP74 > L’ USEP, qui sommes nous ? > Texte d’orientation de l’USEP 74

Texte d’orientation de l’USEP 74

vendredi 14 septembre 2007, par Vice-Président USEP74

Déclinaison locale d’un texte national "le sport que nous voulons", ce texte sera soumis au vote à l’AG du 20 novembre 2007, après un débat.

Version du 9 novembre 2007
Notre idée du sport scolaire
Ce texte d’orientation a l’ambition d’être un cadre dans lequel s’inscrivent tous nos projets et toutes nos actions des années à venir. Avec l’apport des échanges et des compléments apportés par le Comité directeur, il doit devenir notre référence commune pour les années 2007-2010.

PDF - 70.1 ko
Texte d’orientation complet

1.Nos choix politiques

1.1 Nos valeurs de référence
Dans les champs qui nous sont familiers : celui des pratiques sportives, de la vie associative et de la pédagogie, nous pouvons citer certaines valeurs républicaines et laïques que nous privilégions : liberté de choix, solidarité, responsabilité, autonomie, respect des différences, tolérance, mixité sociale et mixité « garçons – filles ».

1.2 L’USEP et l’enfant, futur citoyen sportif.
Nos ambitions éducatives.
Nous devons contribuer à développer chez nos jeunes licenciés grâce à la vie associative :
o l’engagement volontaire
o un esprit lucide et vigilant
o un esprit d’initiative collective
o une construction harmonieuse de la personne
o une culture sportive typée par la maîtrise de certaines valeurs : fair-play, responsabilité, liberté de choix, solidarité et respect des autres…

1.3 L’USEP et l’école publique
L’USEP se doit de soutenir, compléter, et de défendre le service public d’éducation à la française, au service du plus grand nombre de nos concitoyens.
L’USEP agit concrètement pour mettre en valeur l’école publique, comme nous avons su le faire en 2004 à l’occasion des manifestations pour le 60ème anniversaire de la libération.
Notre fédération doit prendre parti pour une place importante de l’Education physique dans les programmes d’enseignement de cette école.
De son côté, l’école facilite le fonctionnement des associations et la prise de licence, éléments fondateurs du mouvement, que l’activité ait lieu dans le temps obligatoire ou dans le temps périscolaire.
Une convention entre l’inspection académique de Haute Savoie et l’USEP¨74 signée en juin 2007 précise ce soutien mutuel.

1.4 L’USEP, les publics particuliers et le sport social
A certains moments : stage, ateliers périscolaire, école de sport… l’USEP peut faire le choix de privilégier un public particulier, avec les intentions suivantes :
o réduire les inégalités d’accès à la culture sportive,
o intégrer des enfants porteurs d’un handicape
o conduire ces enfants à faire évoluer leur estime d’eux mêmes.
o leur proposer une véritable ouverture sur le monde.

1.5 L’USEP et ses partenaires

L’USEP 74 accepte les termes de la charte départementale pour l’EPS, dans son chapitre consacrée à l’USEP, qui la positionne clairement vis à vis des collectivités locale et des fédérations sportives dirigeantes.

Extrait de la charte départementale EPS :
« L’USEP a vocation à être l’interlocuteur de l’école avec les fédérations sportives dirigeantes. Elle est un partenaire privilégié dans tous les dispositifs territoriaux mis en œuvre dans le temps périscolaire, en particulier les contrats éducatifs locaux (CEL) »

L’USEP 74 exclue tout partenariat avec une organisation non laïque.

1.6 Nos moyens
Concrètement ces partis pris se déclinent à travers nos pratiques qui relèvent de trois champs différents :

- La vie associative
- Nos pratiques sportives
- La pédagogie

2. Nos choix dans le domaine de la vie associative.

Vivre ensemble, pour réaliser des projets, en fonction de valeurs bien identifiées.

2.1 L’Association d’école est une entité juridique et surtout formatrice. Elle prend sa place dans et autour de l’école. Celle ci a une double responsabilité :
o Elle est scolaire et garantit à ce titre l’éthique de notre école laïque,
o Elle est association civile, indépendante de l’institution et des pouvoirs publics.

Elle fédère ses adhérents (parents, enfants, enseignants) par le moyen de la licence, autour d’un projet associatif. En proposant de par ses statuts, une réelle participation des enfants, elle est un outil d’éducation à la prise de responsabilité, de décisions, de sensibilisation à la vie démocratique.
Cette association contribue à développer des principes de continuité éducative entre les différents acteurs qui constituent cette communauté éducative.

2.2 Apprendre à vivre ensemble
ne s’entend que dans la durée d’une saison sportive, ou du temps passé au sein de l’association. Poser des problèmes, les analyser et proposer des solutions mises à l’épreuve consomme du temps.
Vivre ensemble c’est tisser de liens sociaux. Cette vie sociale, dans un cadre démocratique doit veiller au respect de l’égalité de statut entre garçon, fille, et adulte et à la mixité sociale.

Le projet de l’association est fédérateur. Sa construction et sa mise en œuvre visent à construire une culture sportive et associative, éléments fondateurs d’une vie de futur citoyen sportif.

La pratique associative exige la maîtrise de certaines valeurs :
o Le dépassement des intérêts particuliers par une solidarité de chacun des membres du groupe, au service de l’intérêt général.
o L’acceptation de la règle décidée en commun.
o La reconnaissance du droit à la parole, du devoir d’écoute, du partage des tâches…

Ainsi cette pratique peut contribuer à l’apprentissage d’une première forme de démocratie participative
3. Nos choix dans le domaine des pratiques sportives

3.1 Notre idée de la culture sportive repose sur une alternance de pratiques diverses :

- Des pratiques diversifiées
- Une pratique approfondie
- Une pratique distanciée

Nous définirons la culture comme un système de valeurs que l’on peut partager et échanger. Celle ci définit un groupe auquel on appartient, qui permet aux individus de se reconnaître. Nos cultures sportives ne sont pas des sous cultures cohabitant avec d’autres formes de culture dites nobles.

Explications :

3.2 Des pratiques diversifiées
Ces pratiques sont toutes en lien avec des activités sociales existantes qui ont été aménagées pour nos jeunes. Celles ci relèvent de plusieurs domaines : jeux collectifs, activités de pleine nature, activités d’expression…
Les formes doivent être variées et adaptées. Nos calendriers doivent respecter un équilibre : compétition, aventure collective, rencontre dans lesquelles le plaisir d’agir en quantité domine, approche d’une nouvelle pratique, rencontre visant la découverte d’un milieu particulier, d’un patrimoine culturel…
Certaines de nos rencontres finalisent un ensemble de séances conduites en EPS et sont centrées sur une discipline sportive. D’autres rencontres s’organisent autour de la multi-activité et peuvent permettre de découvrir une activité nouvelle.

3.3 Une pratique approfondie dans le cas d’activités régulières dans le temps périscolaire.
Une pratique approfondie est une condition nécessaire de la transformation durable de la personne. Elle nécessite de se lancer dans un apprentissage. Celui ci exige des contenus qui ne se contentent pas de mettre l’enfant en activité mais visent aussi à le transformer et à stabiliser des acquis.

3.4 Les questions de l’entraînement et de la compétition

La notion d’entraînement

- L’entraînement est une attitude volontaire : avoir l’envie de progresser, de mieux faire…
- L’entraînement est une perception de soi : je me sais transformable, j’ai prise sur mon corps pour le faire changer, et évoluer, donc je suis dans une perspective de progrès.
- L’entraînement c’est inscrire son action dans un projet et se donner les moyens de réussir.
- L’entraînement, c’est vivre, intégrer les notions de durée, de répétition, d’organisation. Ces éléments sont aussi déterminants dans un apprentissage.
- L’entraînement, c’est accéder au plaisir procuré par l’action maîtrisée au terme d’un apprentissage programmé.

Notre idée de la compétition

On a souvent eu le réflexe de la rejeter, de la mettre au ban de notre idéal d’éducateur pour tous. Si l’on ambitionne d’éduquer des jeunes afin qu’ils prennent toute leur place dans la société future, nous ne pouvons exclure toute pratique compétitive qui leur permettent de se situer dans ce domaine.
On doit cependant militer et proposer des formes de compétition qui mettent en avant le but de maîtrise et valorisent les progrès propres de la personne tout en respectant des grands principes :
- Nos compétitions USEP doivent se démarquer clairement de certaines pratiques fédérales qui ne nous correspondent pas.
- Elles ne peuvent être le lieu de performances « toujours plus » ou « sans limite »
- Les performances possibles au cours de nos compétitions, sont négociées et encadrées. Elles sont limitées par les intentions et le potentiel physique de chacun.
- Ces compétitions ne peuvent en aucun cas être nuisibles à la santé de l’enfant.
- Ces compétitions sont accompagnées d’une attitude réflexive qui permet à l’enfant de situer sa performance, au regard des progrès réalisés.
- Elles sont encadrées par des adultes à l’attitude et l’éthique exemplaire.
- L’importance publique donnée aux résultats est minorée.
- Une rencontre découverte n’est jamais compétitive.
L’idée d’une justice est présente. Les jeux ne sont pas déterminés d’avance, la mise en place de conditions de jeux qui maintiennent et renforcent l’incertitude du résultat et l’égalité des chances est systématique.

(Cf annexe 2 : enjeux de la compétition à l’USEP)

3.5 Une pratique distanciée

Nous devons aider nos jeunes à s’approprier une attitude réflexive. Les expériences vécues dans les domaines de la vie associative et des rencontres sportives doivent servir la construction de cette attitude.
Il s’agit :
- de prendre du recul par rapport à sa propre pratique
- de s’approprier des références pour mieux lire les pratiques sportives contemporaines.
- de s’inscrire dans la culture associative et sportive actuelle, pour en devenir un acteur de demain.
- d’adopter une posture de vigilance par rapport à certaines dérives du monde sportif.
L’acquisition de ces attitudes est une caractéristique d’un sport scolaire qui a une intention éducative. La finalité de celle ci serait de permettre à ces futurs citoyens, des choix éclairés, des prises de décisions pertinentes à propos de ce qui est bon pour chacun d’entre eux dans le sport et dans la vie.

Les composante de l’attitude réflexive :

- Une attitude en rapport à sa pratique du moment pour juger de son niveau, du plaisir procuré..
- Une attitude critique par rapport à d’autres pratiques et à leurs manifestations.
- Une attitude d’observateur du système de valeurs de l’USEP, et des limites de celui ci dans notre société actuelle.

3.6 L’intérêt éducatif des spectacles sportifs de haut niveau

Assister, à l’initiative d’un animateur ou dans le cadre d’un partenariat proposé par l’USEP, au spectacle d’une compétition de niveau national ou international peut être un support ou un moyen de participer à l’éducation sportive, et à la formation de nos jeunes citoyens sportif.

Au delà du spectacle de ce qui fait de mieux dans une activité et des émotions liées à l’ambiance de l’ événement, notre place est justifiée si les enfants comprennent ce qui est en jeu : ils sont des spectateurs critiques, même s’ils n’ont pas immédiatement des réponses à toutes leurs questions.
( cf annexe 1 : outil pour préparer la lecture d’un spectacle sportif)

3.7 Des pratiques sportives pour les garçons et les filles

Nos pratiques veillent à ne pas exclure les filles. Elles doivent permettre un égal accès aux garçons et aux filles.
L’USEP doit prendre en compte les traits de comportement et les attentes du genre féminin, qui représente 50 % des licenciés. Des propositions adaptées doivent naître d’une réflexion collective.
Dans le cadre des sports collectifs, le débat reste ouvert : équipes mixte à parité, équipes mixtes dans une certaine mesure (2 filles par équipe), équipes et tournoi masculin, équipes et tournoi féminin.

3.8 Pratiques sportives, santé et sécurité

Il est tout à fait légitime que notre fédération se positionne sur cette question de la santé. Il ne s’agit pas de se situer dans le domaine du traitement médical des conséquences possibles de l’activité sportive.
Nous agissons en amont en visant le champ d’une éducation à la prise en compte par l’individu de son capital santé.
Les axes possibles qui nous permettent de privilégier la prise en compte de ce capital santé :
- Favoriser l’effort de longue durée
- Offrir des temps de pratique importants
- Vivre et repérer les émotions provoquées par cette pratique
- Se connaître et décider
- Echanger, partager, se responsabiliser
- Exclure des pratiques intensives : le surentraînement
- Refuser la détection et spécialisation précoce.
Les enjeux au niveau d’un département comme le nôtre :
- Modifier nos habitudes
- Communiquer vers les jeunes et les animateurs de l’USEP
- Reconsidérer certains contenus de rencontre
- Former les acteurs adultes

Une commission départementale Santé fera des propositions pour faire évoluer certaines de nos pratiques, dans le cadre de nos rencontres.

3.9 Nos pratiques sportives et le développement durable.

Il s’agit de prendre en compte des principes de développement durables dans le cahier des charges de nos rencontres.
Dans le domaine de la protection de l’environnement
- il est impératif de privilégier le transport collectif pour nos déplacements.
- Nous devons limiter au maximum l’impact de nos activités sur les sites fréquentés..
- L’utilisation des produits locaux, pour les goûters ou les ravitaillements proposés, à emballage réduit, doit être privilégié.
Dans le domaine de la formation du citoyen sportif.
- Des problématiques de développement durable sont abordées au cours de certaines rencontres. Elles sont centrales sur les « parcours nature », chemins de la mémoire, raid aventure, ou dans le « stage enfants ».
- Des initiatives diverses visant à sensibiliser nos jeunes licenciés sont à prévoir sur nos rencontres de secteurs.

Une politique appropriée sera proposée par la Commission E.E.D.D au cours de l’année 2008 et mise au débat de l’Assemblée générale 2008.

4. Nos choix dans le domaine pédagogique

Le parti pris :
L’enfant au cœur des projets en tant que joueur, organisateur, arbitre.
L’activité sportive est considérée comme un moyen pour faire partager et comprendre nos valeurs et des connaissances qui ne se limitent pas seulement aux habiletés motrices.
Quelque soit la rencontre ces valeurs doivent être identifiées au moment de la conception de celle-ci pour être très lisibles par tous les acteurs au moment de la mise en œuvre.
Les approches interdisciplinaires sont privilégiés.

Notre démarche s’appuie sur une quantité et une variété d’activités suffisantes qui permettent :
- le ressenti de sensations,
- la maîtrise de ses progrès,
- l’expérimentation et la comparaison,
- l’autonomie
- l’approche encadrée de situations problèmes complexes.
- la sollicitation au cours d’une même rencontre de toutes les formes d’intelligence : motrices, sensible, cognitive.
- la possibilité de choix et la prise de responsabilité.
- l’expérimentation des rôles sociaux

Développement

4.1 Nos démarches, nos rencontres, doivent permettre à nos jeunes sportifs de ressentir du plaisir et la sensation de liberté d’agir. Elles doivent les conduire aussi à exprimer certaines émotions, et à percevoir des sensations plus spécifiques comme la glisse, les déséquilibres, l’effort..

4.2 L’expérimentation immédiate d’hypothèses émise sur des principes d’action est une méthode à retenir sur les « rencontres de type découverte ». Celle-ci permet de démonter des représentations erronées.

4.3 Des exemples concrets :

- L’autonomie, en équipe, sur des déplacements longs amène les enfants à coopérer, à s’entraider, à décider, à faire un choix dans des situations authentiques.

- Certaines rencontres comme nos raids aventures ou Rando Glières interpellent toutes les intelligences des participants :
Sur le plan physique il s’agit de gérer un effort long (dans le froid à Passe neige) et de résoudre des problèmes d’équilibre en situation réelle ( à VTT par exemple)
Au niveau des attitudes il s’agit de coopérer, s’entraider, de décider et choisir collectivement.
Au niveau cognitif, il s’agit de comprendre des concepts complexes comme la protection de l’environnement, l’idée de résistance à l’oppression, la notion de « capital santé ».

- Au cours de certaines rencontres, de jeux collectifs par exemple, les participants assurent plusieurs rôles sociaux : joueurs et aussi arbitres et organisateurs.

4.4 La formation des adultes : animateurs de l’USEP et dirigeants.
( voir annexe 3)